panneau
Dates à noter

cliquez ici pour voir l'

A l’écoute du SriLanka, soyons le bon samaritain du bout du monde

A 11 000 km de distance, la violence s’est propagée comme une traînée de poudre ? des tueries du début du Carême dans deux mosquées en Nouvelle Zélande avec 49 morts jusqu’aux attentats pascals au Sri Lanka, dans trois églises et trois hôtels, avec 253 morts et 500 blessés, les terroristes de deux camps se répondaient furieusement en sacrifiant jusqu’à des enfants, des familles entières.

Et comme si ces épreuves ne suffisaient pas, un brasier s’emparait en pleine semaine sainte de Notre Dame, qui s’est révélée une icône mondiale jusqu’aux plus éloignés de la foi et de notre pays.

Au même moment, le CCFD francilien recevait 15 jours durant deux partenaires témoins d’actions de développement d'Asie du Sud1, dont Jesudasan, chrétien srilankais, qui agit de longue date en faveur de la paix et de la réconciliation depuis la guerre civile entre tamouls hindouistes et cinghalais bouddhistes. Avant de retourner à Colombo à la veille de Pâques, Jesudasan avait rencontré à l’Assemblée Nationale Dominique Potier, député à l’origine de la loi sur la responsabilité sociale et environnementale des entreprises, portée notamment par le CCFD, leader sur ce projet, pour éviter des drames comme celui du Rana Plaza en 2013.

Plus que jamais, nous, chrétiens franciliens, à l’image de Jacinda Ardern, première ministre néozélandaise, soyons les Samaritains du bout du monde, pour embrasser un instant la douleur de notre prochain, et dans le sillage de Jesudasan, en réponse aux terroristes de tout bord, envoyer ce message de paix à la vitesse de la lumière pour qu’il embrase làbas les peuples de bonne volonté dans la gloire de Pâques et du ressuscité, dans une flamme de foi plus haute que celle de la flèche de NotreDame.

Philippe TELLIER,
Président CCFD Terre Solidaire Yvelines

1Rapport CCFD, extrait du programme partenariat Asie du Sud : « Aider à faire dialoguer des individus et mouvements qui souhaitent s’inscrire dans une démarche d’ouverture, d’apprentissage mutuel, d’introspection et de dépassement des clivages sectaires est essentiel pour construire des sociétés plus justes, pour prévenir toute résurgence de guerre civile ou d’instrumentalisation des ethnies ou religions au Sri Lanka. »